samedi 1 mars 2014

Raconte-moi ton âme

Bonjour. Comment vas-tu ? Bien, merci. Aujourd'hui, je voudrais te parler de ton âme et de ton slip. Tu portes un slip, mais portes-tu une âme ? Crois-tu posséder ton âme, ou bien crois-tu qu'elle te possède ? Tu possèdes ton slip, mais quelque part au niveau du cul, il te possède, penses-y. Lorsqu'il est sale, tu obéis, tu le laves. Dois-tu laver ton âme ? Peux-tu la salir ? Ou bien est-elle victime d'érosion invisible ? Alors ton âme est-elle éternelle ? Ou bien subit-elle une péremption proportionnelle à celle de ta viande ? Ton slip est éternel. Lorsque tu mourras, il pourra servir à des gens du futur. Tant qu'il est bien entretenu, ton slip n'a pas de raison de durer moins longtemps que l'univers. Au pire, lorsque les planètes et les étoiles commenceront à se désintégrer, on pourra l'envoyer dans une capsule blindée sous vide à travers les profondeurs de l'espace, protégé par un champ de force invincible et escorté par douze vaisseaux équipés de tourelles à mitraillettes à rayons de destruction et de missiles à antimatière. Ton âme a-t-elle la même puissance ? J'ai posé des question à plusieurs imèles, j'ai obtenu un remarquable taux de réponse de 0%, alors c'est ton tour. Crois tu en ton âme autant qu'en ton slip ? Un peu moins ? Mais pourquoi un peu du tout ? Quels indices te laissent supposer que ton âme est quelque chose de plus qu'une abstraction de ton vocabulaire ? Quelles sont les escaliers qui dévalent sur cette impression ? En outre, quel serait l'impact de ton âme sur toi-même ? Ton slip remplit sa fonction de garde-poils et de protège caca, que fait ton âme ? Tu sais te servir de ton slip, mais sais-tu te servir de ton âme ? Inscris tes conclusions dans le commentaire ou signale-les à rogermag.com@rogermag.com. Tu cours la chance de gagner une superbe croisière en bateau. Ces lectures primesautières et mutines pourront te donner matière à glousser en y pensant :


Ce film t'aidera à patienter :
Ce livre saura également remplir plusieurs de tes heures de ravissement :
(ATTENTION) le film dérivé n'est que très inférieur, malgré son personnel de première ligne.
Et pour finir dans les divertissements délicieux, une autre légèreté bien agréable en ces temps froids et corrompus :
C'est frais, c'est pimpant, c'est comme une mousse au citron pour le neurone. Malgré une envergure moins impériale que celle de "Le vieux...", cette chaleureuse aventure illumine notre âme pour les décennies suivantes et même celle-ci.
D'accord. C'est bien, mais après toutes ces lectures sans image, un peu de détente nous sera nécessaire, alors place à une comédie bon enfant du type "Les sous-doués passent le bac" en un petit peu plus concerté :


Aucun commentaire:

Publier un commentaire